XVIII La Lune - Voyage au coeur du tarot 19/78


VIII La Justice. XVIII La Lune. Quel est le lien entre ces deux cartes ? VIII La Justice est mentale. Elle juge, pèse et tranche. Elle est le garant des lois de l'univers. Qu'elle applique au-delà  de toute émotion. Avec bienveillance mais sans sensiblerie. XVIII La Lune est émotionnelle, se nourrit de ses mouvements intérieurs et se connecte à la magie du divin. Elle voyage entre les mondes. VIII La Justice permet à XVIII La Lune de ne pas perdre le nord. L'exhorte à se détacher, analyser et prendre du recul.  Elle lui permet de ne pas perdre le cap. De ne pas être submergée. De revenir. XVIII La Lune permet à VIII La Justice de juger avec coeur et discernement. D'exprimer la justice divine plutôt que la loi du plus fort. De se connecter aux lois de l'univers. Peser chaque acte en conscience, à l'aune de la plume de Maât, avec bienveillance et compassion.

XVIII La Lune. Trois cartes, trois mondes différents. Le Tarot du Féminin Sacré de Floreana Nativo. 3 cycles de la XVIII La Lune et de la vie : la jeune fille, la femme, la vieille femme. Un éternel recommencement. The Tarot of the Sidhe de Emily Carding. Mirage ou passage entre les mondes ? Deux femmes, deux univers différents et complémentaires. Rêve ou réalité ? Le Tarot du Royaume Caché de Julia Jeffrey et Barbara Moore. Réceptivité et folie. Où commence et où finit la folie ? Combien d'hypersensibles, de voyageurs entre les mondes, ont été enfermés dans des asiles d'aliénés ?

XVIII La Lune. Allo, Maman bobo ?

XVIII La Lune.

Peut-être la majeure la plus riche en symboles au centimètre carré ! Et quelle ambiance !

Entrons dans le décor.

Sous la lumière de XVIII La Lune. La nuit. Enfin... Une nuit en plein jour.

Bleue, de profil, regard à gauche en premier quartier. Rayons blancs, rouges et bleus aiguisés et froids.

Des gouttes de couleur jaune, rouge et bleue se déversent sur la scène.

Se déversent ou remontent ? Regardez bien la forme des gouttes. Elles semblent attirées, aimantées. Magnétisme lunaire.

Au loin, deux tours. Ouverte à gauche. Fermée, sans porte ni fenêtre, à droite.

Les remparts (rassurants) de notre ville ?

Mais le chemin est long et dangereux avant d'y arriver.

Attention à ne pas tomber dans l'eau ! Une eau qui s'étend sur une grande partie de la carte. Sombre, qui ondule et frémit. Pleine de mouvements et de vie(s).

Qui cache ? Quoi donc d'ailleurs ? Une écrevisse ? Un monstre !

Et si nous contournions l'étendue d'eau... Nous voici nez à nez avec deux chiens, deux loups, un chien et un loup qui semblent hurler à la lune !

Vont-ils se tenir tranquille ? Nous attaquer ? Nous poursuivre ?

Quelle aventure après le paradis de XVII L'Etoile !

Une scène glauque, fantasmagorique, inquiétante, digne de la nuit d'Halloween.

Je force le trait ? Peut-être un peu oui !

Essayons de comprendre.

XVIII La Lune est un paysage en trois plans.

Au premier plan, l'eau et l'écrevisse géante. Un tiers de la carte.

L'eau. Emotions, mouvements intérieurs, psyché, inconscient.

Ecrevisse. Crabe. Cancer. Animal archaïque. La part atavique et archaïque en nous.

Géante. Déformée par l'onde. Réalité altérée. Illusion de nos sens.

Au second plan, un paysage de couleur jaune, deux chiens-loups, deux tours.

Chien. Psychopompe. Gardien de seuil. Cerbère.

Loup. Notre part animale, instinctive, pulsionnelle qui ressent l'appel de la lune et hurle. Domestiquée chez le chien.

La tour. Construction de l'homme. Ouverte et réceptive ou fermée et impénétrable. Le mental. L'égo.

Enfin au-dessus, le dernier plan, un tiers de la carte, XVIII La Lune.

L'astre de nuit. Hécate, Séléné et Artémis. Cycles lunaires.

Cycles féminins, cycles de vie. Féminin sacré. Mère universelle. Magnétisme, rituels et sortilèges. Notre part féminine, réceptive, mystique et magique. notre mère (mer) intérieure.

Cyclothymie, troubles psychiques, dépression, folie.

Quel voyage !

Nous partons des profondeurs de notre inconscient. Nous passons par notre part animale et instinctive. Pour remonter vers nos constructions mentales et nous connecter aux forces spirituelles et magiques de la nature et de XVIII La Lune.

Quels écueils !

Prendre les mirages de l'eau pour la réalité. Nous noyer dans nos illusions.

Nous faire déborder, et dévorer !, par nos pulsions animales.

Nous enfermer dans nos constructions mentales. Dans des attitudes intérieures qui reviennent de façon cyclique. Qui nous grignotent, nous pincent !. Inlassablement.

Là où X La Roue de Fortune nous parle de karma et de situations, XII Le Pendu nous confronte à notre héritage, notre lignée, et XVIII La Lune nous plonge dans notre inconscient (personnel et collectif) et nos schémas intérieurs répétitifs, cycliques.

Et nous demande d'utiliser notre capacité de discernement.

Pour nous libérer.

Devenir le réceptacle des énergies puissantes, mouvantes et magiques de XVIII La Lune sans doute, sans crainte, en confiance et libre de toute aliénation ou folie.

XVIII La Lune. Et dans un tirage ?

XVIII La Lune est avant tout l'archétype maternel par excellence. Mère biologique, mère nourricière, mère spirituelle. Bonne ou mauvaise mère. Que nous avons eue. Que nous sommes. Pour nos enfants. Pour notre collectif. Pour nous-mêmes.

XVIII La Lune est ensuite un endroit de notre tirage qui demande vigilance et prudence. Circonspection. Avons-nous une vision juste et claire de la situation ? Pouvons-nous nous fier à ce que nous percevons ? Nos projections n'altèrent-elles pas notre réalité ?

XVIII La Lune est enfin une carte de mouvement (cyclique ?), de transition. Entre la carte de gauche : une tour ouverte et réceptive que nous semblons connaître et maîtriser. Vers la carte de droite : une tour fermée sans porte ni fenêtre que nous devons pénétrer et découvrir.

XVIII La Lune. Exercice. Essayez !

XVIII La Lune est une des majeures parlant astrologie.

Amusez-vous à découvrir les 12 signes du zodiaque parmi les 22 arcanes majeures du tarot.

Vous allez trouver des correspondances évidentes. D'autres moins.

En tout cas, pas de bonne ou mauvaise réponse !

Juste une question de ressenti !

XVIII The Moon. Tarot Rider Waite Smith

Oserais-je dire que XVIII The Moon est une carte plus "lumineuse" que XVIII La Lune ?

La part belle est donnée à XVIII The Moon. Qui nous présente un profil, certes assez austère, mais d'une belle couleur jaune, comme les gouttes de feu qui montent vers elle.

XVIII The Moon, source incontournable de savoirs et de sagesse pour qui a le courage de la regarder en face et d'y plonger.

Sous l'astre, un  paysage en plein jour. L'eau bleue très claire, le sol herbeux et jaune, les tours couleur sable.

Nous distinguons très clairement un loup et un chien. L'écrevisse sortant de l'eau se joint à eux pour un hymne à la lune.

Notre part archaïque, notre part pulsionnelle et instinctive et notre part domestiquée en harmonie. Que nous devons rencontrer (unifier en nous) avant d'emprunter le chemin.

Par-delà les tours, notre prochaine étape.

XIX The Sun. XIX Le Soleil.

J'avoue aimer ces deux représentations.

La complexité de XVIII La Lune. La clarté et le visage concentré de XVIII The Moon.

Et vous ?

Françoise